Traducteur anglais professionnel, Devis immédiat

traduction anglais-français

Comment être sûr de faire appel au traducteur anglais professionnel adéquat ? Parmi la multitude de traducteurs disponibles sur le marché, tous ne sont pas adaptés à votre besoin. Voyons les différents facteurs qui entrent en compte. Lire la suite

,

La Traduction de CV en Anglais comme Passeport pour l’International

Qui ne souhaite pas maximiser ses chances de réussir sa carrière professionnelle ? La mobilité internationale est aujourd’hui un passage obligé pour qui veut progresser rapidement. Pour ce faire, traduire son CV en anglais de façon professionnelle est une étape à ne pas négliger. Lire la suite

,

3 raisons de faire traduire son CV

Rédiger un CV ne doit jamais être pris à la légère. C’est également le cas lorsqu’il faut le traduire. Il peut vous ouvrir les portes d’un pays étranger et surtout d’un travail. Pour cette tâche délicate, mieux vaut donc faire appel à un professionnel de la traduction de CV. Lire la suite

Ce que l’anglais emprunte au français

En France aujourd’hui, la tendance est de vouloir protéger la langue française, notamment face à l’omniprésence des mots anglais dans la vie quotidienne. La langue française est une très belle langue et cela peut se comprendre.  Mais on peut reprendre confiance en se rappelant qu’une grande part de la langue anglaise est en fait issue du français.

Lire la suite

,

Différences entre anglais britannique et anglais américain

football américain

De nos jours, la langue anglaise occupe une place importante dans la communication à l’échelle mondiale. Utilisé par environ 1,8 milliards de terriens, l’anglais est désormais la langue universelle des affaires et est inséré dans le système éducatif de 75 pays. C’est également la deuxième langue maternelle pour environ 725 millions de personnes, en fin d’année 2012. Ces individus sont concentrés par ordre décroissant aux Etats Unis, au Royaume-Uni et en Irlande. Cependant, des différences en termes d’origine, de vocabulaire, d’orthographe, de prononciation et de conjugaison existent entre les deux plus gros pays anglophones.

Lire la suite

,

La traduction littéraire dominée par l’anglais

Dans un récent article publié par Le Monde, la journaliste Catherine Simon donne des chiffres révélant le paysage de la traduction littéraire en France. Ils sont sans appel : six livres sur dix traduits en français le sont depuis l’anglais et même deux sur trois pour les romans.

Il y a là un paradoxe. D’un côté les entreprises abandonnent le tout-anglais pour une traduction plus précise et plus localisée en fonction du pays cible. La traduction sert d’instrument de rapprochement et de confiance et apporte de la précision dans les relations économiques et juridiques.  De l’autre la traduction littéraire semble emprunter le chemin inverse, avec une intermédiation de plus en plus importante entre l’écrit original et la traduction finale.

Des traducteurs formés à l’anglais et l’espagnol

L’un des problèmes soulevés par l’article est l’appauvrissement des traductions. Toute une part de la littérature étrangère n’est pas lue en France faute de traduction, faute de traducteur. Il faut ainsi parfois d’abord passer par une traduction en anglais ou en russe pour en obtenir une traduction en français. La faute selon certain à l’enseignement français et aux choix réalisés par les étudiants spécialisés en traduction littéraire, qui préfèrent en grande majorité se qualifier à la traduction de l’anglais et de l’espagnol. Pierre Assouline rapportait ainsi que « Les éditeurs peinent à trouver des traducteurs dans nombre de domaines linguistiques, dont l’arabe ou le turc. »

Hormis l’anglais, très dominateur, d’autres langues sortent leur épingle du jeu de la traduction en France : l’espagnol, l’allemand, l’italien et surtout le japonais, porté par l’essor des mangas.

,

Les particularités du Curriculum Vitæ anglais

Transparent pour l’un, percutant pour l’autre, les curriculum vitæ anglo-saxons et français présentent de nombreuses différences. Raison pour laquelle vous pourrez faire appel à notre service de traduction de curriculum vitæ français en anglais.

Différences entre Curriculum Vitæ anglo-saxon et Curriculum Vitæ français

La différence majeure entre les deux CV réside dans la longueur. Leurs CV faisant entre une et trois pages, les anglo-saxons préfèrent de longues phrases plutôt que de petites accroches pour expliquer ce qui leur semble le plus significatif. N’hésitez donc pas à rallonger vos curriculum vitæ et dépasser la page unique.

Il faut également être vigilant quant aux équivalences de diplômes : les intitulés français et anglo-saxons étant parfois très différents, il faut être précis lorsque l’on veut traduire son cursus universitaire. De même pour les sigles et les noms d’écoles : votre employeur n’est pas censé connaître vos lieux d’enseignement.

Les CV en anglais sont avant tout faits pour être des « arguments de vente » : le postulant anglo-saxon n’hésite pas à y faire figurer des données chiffrées, pour ainsi mettre en avant ses qualités et ses compétences pour travailler en angleterre.

Il n’est ainsi pas rare de trouver des « références », qui indiquent les coordonnées de personnes qui nous ont formé ou avec qui nous avons collaboré afin de laisser la possibilité à l’employeur de vérifier les compétences du postulant.

Pour aller plus loin, consultez notre article sur les différences entre CV américain et CV français.

Les curriculum vitæ anglais et américains sont différents

Enfin, Britanniques et Américains se distinguent également quant à la présentation d’un CV. Alors que les Britanniques se rapprochent des Français, les Américains ne mentionneront ni photo, ni âge, ni situation familiale.

De même pour les diplômes et les expériences. Britanniques et Français accorderont plus d’importance aux formations et aux cursus suivis ; les Américains se pencheront d’abord sur vos expériences professionnelles, et préféreront donc un CV qui les mentionne avant les diplômes.

Pour être certain de ne pas faire d’erreur, envoyez votre projet à notre agence de traduction réinventée. Vous pourrez faire traduire votre CV en anglais par un traducteur freelance.

,

Conseils aux Français expatriés en Angleterre

De plus en plus de Français, dont la tranche d’âge est de 25 à 40 ans, s’expatrie en Angleterre. Nombreuses sont les raisons de cet intérêt pour ce pays. Mais celles qui amènent le plus souvent les gens à cette expatriation sont la prévoyance sociale, leur fiscalité, l’assurance-maladie, la langue anglaise, et surtout les conditions de travail et de salaire.

La souplesse du marché du travail anglais

À propos du travail, les conditions sont très souples et l’embauche facile. Dénicher un travail en Angleterre n’est pas compliqué. Nul besoin d’avoir d’être forcément bardé de diplômes. La motivation et l’expérience comptent énormément et peuvent suffire pour être embauché. Leur état d’esprit positif pour entreprendre, travailler, réussir et rebondir leur permet d’avoir une meilleure vie professionnelle.

Tout semble facile en Angleterre, pas besoin d’être exagérément anxieux. Comme s’inscrire à la sécurité sociale et obtenir un numéro par exemple. Les personnes en quête de travail peuvent bénéficier de l’aide de National Health Service. Celles qui exercent déjà un métier seront rattachées au Department of Social Security.

Les Anglais sont très respectueux, courtois, polis, accueillants, souriants et ouverts. Ce qui permet aux Français expatriés de s’intégrer aisément dans leur communauté.

Formalités pour expatriés et traduction de CV en anglais

Concernant les formalités et les démarches à suivre, il faut savoir qu’exercer une profession au Royaume-Uni ne nécessite pas un permis de travail. En revanche, il est préférable de demander un permis de résidence et de disposer d’un passeport.

Pour la recherche de travail, le CV doit être parfait puisqu’il résume la compétence du travailleur. Il doit être établi en anglais. Il faut faire très attention et n’omettre aucune faute, au risque de ne pas être embauché. Si des doutes se posent sur la qualité de la pratique de la langue, il est plutôt convenable de faire appel à une traduction de CV en anglais. Comme pour toute bonne traduction en anglais, il est plus judicieux de confier cette traduction de CV aux traducteurs professionnels de notre agence de traduction.

,

Pour travailler en Angleterre, le CV ne suffit pas

angleterrerondLexling vous propose son service de traduction de CV en anglais par un professionnel car c’est une étape indispensable pour trouver un emploi en Angleterre en vous démarquant. Mais la mentalité anglaise du point de vue du marché du travail ne se réduit pas à cela, loin de là.

Dans un soucis d’apporter un maximum d’information à nos clients, nous vous proposons donc cet article traitant de ce qu’il faut mettre en valeur dans votre parcours, qui vient en complément de la traduction en anglais de votre CV et/ou lettre de motivation.

Profitez-donc de cette vidéo :

Quel profil avoir pour travailler en Angleterre? Diplômes, expérience de la vie…..? Stephen Clarke, écrivain anglais installé en France, nous dit ce qu’il ne faut surtout pas faire! Interview de Trixie de Geffrier.

Verbatim de la vidéo : 
Aux français qui veulent vivre en Angleterre, je leur dirait : laissez votre CV à la maison. Parce qu’un Anglais se fiche que vous ayez fait l’école de « machin-truc ». Vous pouvez avoir un diplôme de n’importe quoi, si vous n’avez pas fait vos preuves au travail, ça ne veut rien dire.

En France, on est trop coincé sur le CV. J’ai travaillé dans une entreprise où chaque fois qu’il y avait un nouvel employé, il y avait ce qu’ils appellent une « note bleue ». C’est une page A4 bleue qui présentait le nouvel employé. Et je me souviens d’une fois où un homme est arrivé en présentant bien, costume-cravate, et la première ligne décrivant cette personne indiquait que « notre nouveau directeur de marketing a fait l’école de (une grande école de commerce). Or, il avait 38 ans. Et je me suis dit, « s’il a fini l’école à 25 ans, qu’a-t-il fait depuis ? ».

Voilà notre attitude, on se fiche de l’école, on veut savoir ce que l’homme a fait. J’ai rencontré en Angleterre un français qui était venu pour faire serveur dans un petit café. Après un an, il était gérant. Il avait fait ses preuves, il a montré qu’il savait commander, qu’il avait de bonnes idées pour rendre ce café plus français tout en plaisant aux Anglais, et il est donc devenu gérant.

Il n’aurait jamais pu faire ça en France parce qu’il n’avait pas fait l’école de gestion de restaurant. Donc je dis à ceux qui veulent venir en Angleterre allez-y, mais ce n’est pas parce que vous avez fait telle bonne école qu’on va dire « oh! donnons-lui toute suite un superbe emploi pour la vie ». Non, ici, ça ne marche pas comme ça.